Une façon bien à moi de fêter Noël - Maude St-Clair
Maude St-Clair

Étant issue du monde de l'esthétique, j'ai choisi de prendre une pause. Toutefois, puisqu'il fallait que je me sente vivre à nouveau, j'ai décidé de créer ce blogue pour vous faire découvrir d'autres univers qui m'ont toujours passionnés.

Une façon bien à moi de fêter Noël

Une façon bien à moi de fêter Noël - Maude St-Clair

L’an dernier, Noël a été marqué par la célébration de nos fiançailles. C’était la fête, on était tous réunis, il pleuvait des cadeaux et des souhaits. Malheureusement, je ne pense pas que ce soit possible pour moi, personnellement, de continuer à garder cette joie au cœur, et animer la veillée traditionnelle avec des chants enthousiastes cette année. Ces derniers mois, ma mère se bat contre le cancer. Cela fait plusieurs jours qu’elle est à l’hôpital, désespérée et fatiguée. Je ne souhaite en aucun cas qu’elle se sente seule pendant que tous ceux qu’elle connaisse, célèbrent cet évènement dans la joie et la bonne humeur. Bien sûr, je regrette les moments heureux en famille durant les jours de préparation de Noël comme auparavant, mais le plus important pour l’instant, c’est de la soutenir dans cette lutte. Et pour prouver à tous, combien j’étais de tout cœur avec elle, j’ai refusé catégoriquement toute invitation. J’ai même dit à mon homme que je comptais passer le réveillon de Noël à l’hôpital auprès de ma mère. Étant compréhensif, il a accepté sans faire de remarque.

Une veillée pas comme les autres

La nuit du 24 décembre, je me suis réveillée de bonne heure pour préparer quelques surprises à ma mère. J’avais concocté plusieurs petits plats basés sur des recettes de grand-mère. Je lui avais fait deux cadeaux, hormis le collier en argent, et le rideaux exterieur terrasse que lui avait offert mon fiancé. Le premier est une photo bien cadrée de nous deux quand j’avais tout juste deux ans, et le second était une écharpe que j’avais moi-même tricotée. Ces objets avaient une grande valeur à mes yeux, puisque l’image correspondait à mes tout premiers pas, et c’était ma mère qui m’avait appris à tricoter. Elle eut les larmes aux yeux en les recevant. Bien entendu, nous n’avions pas terminé tout ce que j’ai préparé, étant donné qu’elle n’avait pas d’appétit. L’essentiel, c’est qu’on a beaucoup discuté. Nous nous sommes mises à nous raconter les belles histoires d’avant qui étaient plus des aventures marquantes pour elle. Eh oui, elle avoue qu’elle a vu de toutes les couleurs avec chacun de ses trois enfants. On a ri, on a pleuré. Je m’étais vraiment rapprochée de ma mère cette nuit-là.

Une nouvelle incroyable

Le matin de Noël, en me réveillant, je me suis aperçue que je m’étais encore assoupi pendant que les médecins avaient procédé à la visite. Mon fiancé était déjà présent et me souriait. Il m’a vite expliqué que d’après les observations des spécialistes, l’état de santé de ma mère s’est nettement amélioré, et qu’ils envisagent même de la laisser rentrer chez elle pour se retrouver en famille pour Noël à condition de revenir tous les deux jours pour le suivi. Nous avons quitté la chambre comme prévu vers seize heures. C’est sans doute ce qu’on appelle la magie de Noël.